Warning message

Submissions for this form are closed.

Warning message

Submissions for this form are closed.

Bill C-18: Letter to Minister Ritz Sign On / Signature de la lettre au Ministre Ritz

(Pour lire la version française, c'est ici)

7 May 2014

The Honourable Gerry Ritz
Minister of Agriculture and Agri-Food
1341 Baseline Road, Ottawa
Ontario K1A 0C5

Read more on the NFU's Website

RE:  C-18, the Agricultural Growth Act

Dear Minister Ritz,

I write to you on behalf of Food Secure Canada, a national membership-based network of organizations and individuals concerned with zero hunger, healthy and safe food, and sustainable food systems.

We wish to express our concerns regarding the underlying policy orientation of Bill C-18, the Agriculture Growth Act, an ambitious and complex piece of legislation that modifies several other laws.  While we applaud the measures to allow the removal of feed or fertilizers unlawfully imported into Canada, we believe that, overall, the proposed changes will further undermine the resilience of our farming sector and, ultimately, our national food sovereignty. We are particularly concerned with the proposed changes to the Plant Breeders’ Rights Act. These changes, if passed, would result in a shift in our obligations under the International Convention for the Protection of new Varieties of Plants, from UPOV ‘78 to UPOV ‘911, which is not obligatory under our international trade agreements. Such a shift is unnecessary and will have a range of consequences that will be felt far beyond the farming sector:

  • For millennia, farmers have saved and exchanged seed, a practice that has produced the agricultural biodiversity upon which Canada and the world rely for our food. This practice is, under UPOV ‘91 and this Act, relegated to a “farmers’ privilege” clause that can be rescinded by the government of the day without due public process, and is further restricted by the practice and guidance of UPOV2.
  • The so-called farmers’ privilege is rendered almost meaningless by the fact that it only covers the ability to save and condition seed, not to stock it.
  • Removing the ability of farmers to exchange and store seeds will further undermine biodiversity and therefore our ability to adapt to climate change. Storing seeds for more than the next season’s planting needs has also protected farms and biodiversity against crop failures.
  • Instead of collecting royalties at point of sale of seed, the rights holder can, under UPOV 91, access them at multiple points from seed purchase to harvest and beyond. This will almost certainly mean higher costs for the farmer and greater profit for the rights holder. These costs will be passed along to the Canadian public through higher food prices and through the loss of farmers unable to absorb increased fees into their operations. Claims of cost neutrality for this Bill are likely specious, where the profit is generated for the seed sector and the loss borne by the farmers.

Developing policy and programming that supports Canadian farmers to make a dignified living through domestic and export markets should be a top priority of this government. A shift to UPOV ‘91 will unnecessarily further enshrine private plant breeders rights in law, and in so doing, unwittingly put at risk the dynamism and resilience of the fast growing market for local, organic, bio-diverse and sustainable agriculture. We note that the organic sector alone has tripled in size since 2006, a trend that shows no signs of abating and that warrants government supports3. It is disappointing that the Agricultural Growth Act has nothing of substance in it to support the fastest growing sector of Canadian agriculture. Indeed, there is a growing body of evidence that points to the need for a transition towards agro-ecology4.

Drawing on the Resetting the Table: A People’s Food Policy for Canada, Food Secure Canada urges the government to put in place national food and agricultural policy that provide:

  • Seed laws that recognize and protect the contributions that farmers have made for millennia to the development and conservation of plant genetic resources;
  • A commitment to not exceeding the requirements of UPOV ‘78;
  • The restoration of public research and of extension services to farmers, recognizing that innovation in plant and animal breeding and in management practices has long come from practitioners themselves, namely farmers, as well as through government investment in the public sector;
  • Local and regional economic development through the restoration of regional and national infrastructure and mechanisms such as processing, storage, transportation and access to markets;
  • Sustainable livelihoods for farmers for generations to come.

While agriculture is primarily a business, it is also inherently linked to the current and future wellbeing of Canadian citizens. As the world celebrates the International Year of Family Farming, there is widespread recognition of the vital role that a resilient agricultural sector plays in political stability, food security and a country’s food sovereignty5. This resilience lies in legislation that is enabling of farmers, not further restricting their rights, embedding additional uncertainty into their business operations, and undermining their wherewithal to be economically viable within the mechanisms of the marketplace, increasingly dominated by a few large players6.

Respectfully,
 
Diana Bronson, Executive Director

Cc:     Malcolm Allen, Opposition Critic for Agriculture & Agri-Food
          Mark Eyking. Liberal Agriculture & Agri-Food Critic    
          André Bellavance, Member, Standing Committee of Agriculture and Agri-Food
          Elizabeth May, Leader, Green Party of Canada



1. The International Union for the Protection of New Varieties of Plants (UPOV) was established by international convention in 1961. The Convention has undergone several revisions since then, the most recent being in 1991. It currently has 71 member states. Canada is also a signatory to the International Treaty on Plant Genetic Resources for Food and Agriculture.

2. See the UPOV, “Explanatory Notes on Exceptions to the Breeder’s Right under the 1991 Act of the UPOV Convention”.

3. See The Canada Organic Trade Association’s November 2013 report: The National Organic Market: Growth, Trends & Opportunities, 2013.

4. See, for instance, the United Nations Conference on Trade and Development, September 2013 report “Trade and Environment Review 2013: Wake Up Before It Is Too Late, Make Agriculture Truly Sustainable Now for Food Security in a Changing Climate.

5. See the UN Special Rapporteur on the Right to Food Final Report.

6. For example, in the seed sector, the top three seed companies already control over half of the global seed market. See the ETC Group's September 2013 Communiqué Cartel Before the Horse.

 

For more Information see the Article and Press Release. 

To support Food Secure Canada, donate here.


7 mai 2014

L’honorable Gerry Ritz
Ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire
Chambre des communes, Ottawa
Ontario K1A 0A6

Objet : C-18 Loi sur la croissance dans le secteur agricole                  

Je vous écris au nom du Réseau pour une alimentation durable, une alliance pancanadienne d’organisations et de personnes travaillant à trois objectifs : éradiquer la faim, faire la promotion des aliments sains et salubres, soutenir la mise en place d’un système alimentaire durable.

Nous voudrions exprimer notre préoccupation face à l’orientation politique fondamentale du projet de loi C-18, la Loi sur la croissance dans le secteur agricole, une mesure législative ambitieuse et complexe qui modifie plusieurs autres lois. Bien que nous saluions les mesures permettant le retrait des aliments et des engrais importés illégalement au Canada, nous croyons que, dans l’ensemble, les changements proposés mineront davantage la capacité de résilience du secteur agricole et, à terme, notre souveraineté alimentaire nationale. Nous sommes particulièrement préoccupés par les changements proposés à la Loi sur la protection des obtentions végétales. Ces changements, s’ils sont adoptés, modifieront la nature de nos obligations en vertu de la Convention internationale pour la protection des obtentions végétales, de la LPOV 78 à l’UPOV 91[1], ce qui n’est pas obligatoire en vertu de nos accords commerciaux internationaux. Un tel changement est inutile et aura des répercussions bien au-delà du secteur agricole :

  • Depuis des millénaires, les agriculteurs ont conservés et échangés les semences, une pratique à l’origine de la biodiversité agricole dont dépend le Canada et le monde pour assurer son alimentation. Cette pratique est, dans le cadre de l’UPOV et de cette Loi, reléguée au statut de « privilège des agriculteurs » qui peut être retiré par le gouvernement en place sans processus de consultation public, et impose des restrictions supplémentaires par les pratiques et orientations de l’UPOV[2].
  • Ce prétendu privilège des agriculteurs perd presque tout son sens puisqu’il ne protège que la capacité de sauvegarder et de conditionner les semences, mais non de les stocker.
  • Retirer la capacité aux agriculteurs d’échanger et de stocker les semences minera davantage la biodiversité et par conséquent notre capacité d’adaptation aux changements climatiques. L’entreposage des semences pour couvrir au-delà des besoins de plantation de la saison suivante permet aussi de protéger les fermes et la biodiversité contre les mauvaises récoltes.
  • Au lieu de percevoir des redevances aux points de vente des semences, les détenteurs de droits peuvent, en vertu de l’UPOV91, y accéder à divers endroits, de l’achat des semences à la culture et au-delà.  Il en résultera très probablement un coût plus élevé pour les agriculteurs et davantage de profits pour les détenteurs de droits. Ces coûts se répercuteront sur l’ensemble des Canadiens par une hausse des prix des aliments et la diminution du nombre d’agriculteurs incapables d’absorber la hausse des coûts d’opérations. Les prétentions quant à la neutralité des coûts de ce projet de loi sont de nature trompeuse, les bénéfices étant générés au profit du secteur des semences et les pertes assumées par les agriculteurs.

L’élaboration de politiques et de programmes qui soutiennent les agriculteurs canadiens pour leur permettre de jouir de conditions de vie décentes grâce aux marchés intérieurs et d'exportation devrait être la priorité de ce gouvernement. Le passage à l’UPOV 91 consacrera encore plus les droits des obtenteurs du secteur privé, et ce faisant, mettra involontairement à risque le dynamisme et la capacité d’adaptation d’un marché en pleine croissance dédié à l’agriculture locale, biologique, biodiversifiée et durable. Nous avons constaté que le secteur biologique, à lui seul, a triplé de volume depuis 2006, une tendance qui ne montre aucun signe d’essoufflement et qui mérite le soutien du Gouvernement[3]. Il est déplorable que la Loi sur la croissance dans le secteur agricole ne contienne rien de substantiel pour soutenir le secteur qui détient la croissance la plus rapide de l’agriculture canadienne. En effet, de plus en plus d’éléments font ressortir la nécessité d’une transition vers l’agro-écologie[4].

S’appuyant sur la Politique alimentaire populaire, le Réseau pour une alimentation durable exhorte le gouvernement à mettre en place une politique agricole et alimentaire nationale qui contient :

  • Des lois sur les semences qui reconnaissent et protègent la contribution millénaire des agriculteurs au développement et à la conservation des ressources phytogénétiques;
  • L’engagement à demeurer signataire de la LPOV 78;
  • La restauration des services publics de recherche et de vulgarisation aux agriculteurs, reconnaissant que l’innovation dans le domaine de la culture et de l’élevage ainsi que l’innovation des pratiques de gestion provient depuis longtemps des praticiens eux-mêmes, à savoir les agriculteurs, ainsi qu’à travers les investissements du gouvernement dans le secteur public;
  • Le développement économique local et régional à travers la restauration de l’infrastructure et des mécanismes régionaux et nationaux telle que la transformation, l'entreposage, le transport et l’accès aux marchés;
  • Des moyens de subsistance durables pour les agriculteurs et les générations à venir.

Bien que l’agriculture soit une activité essentiellement commerciale, elle est aussi étroitement liée au bien-être actuel et futur des citoyens canadiens. Alors que le monde célèbre l’Année internationale de l’agriculture familiale, le rôle vital que joue un secteur agricole résilient pour la stabilité politique, la sécurité alimentaire et la souveraineté alimentaire d’un pays est largement reconnu[5]. Cette résilience repose sur des législations qui augmentent les capacités des agriculteurs, et non qui restreignent leurs droits, intègrent davantage d’incertitude à leurs activités commerciales,  et compromettent leurs moyens d’être économiquement viable à l’intérieur des mécanismes du marché, de plus en plus dominé par quelques grands acteurs[6].

Respectueusement,

Diana Bronson

 

Cc:      Malcolm Allen, Porte-parole de l’opposition en matière d’agriculture

           Mark Eyking, Porte-parole du Parti libéral en matière d’agriculture           

           André Bellavance, Membre, Comité permanent de l'agriculture et de l'agroalimentaire

           Elizabeth May, Chef, Parti vert du Canada



[1] L'Union internationale pour la protection des obtentions végétales (UPOV) est une organisation internationale établit par la Convention internationale pour la protection des obtentions végétales adoptée en 1961 qui a fait l’objet de plusieurs révisions, la plus récente ayant eu lieu en 1991. L’Union compte actuellement 71 États membres.

[2] Voir le document de l’UPOV « Notes explicatives sur les exceptions au droit d’obtenteur selon l’acte de 1991 de la Convention » (http://www.upov.int/edocs/expndocs/fr/upov_exn_exc.pdf)

[4] Consultez, par exemple, le rapport du International Assessment of Agricultural Knowledge, Science and Technology for Development (http://www.fao.org/fileadmin/templates/est/Investment/Agriculture_at_a_C...),

[5] Consultez le rapport final du Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation des Nations unies (http://www.srfood.org/images/stories/pdf/officialreports/20140310_finalr...)

[6] Par exemple, dans le secteur des semences, les trois plus grands semenciers contrôle déjà plus de la moitié du marché mondial des semences. Consultez le communiqué d’ETC Group de septembre 2013, Cartel Before the Horse (en anglais).

 

Pour davantage d'information, consultez l'article et le communiqué de presse.

Cliquez ici pour appuyer le Réseau pour une alimentation durable.

Story image: